# CENTRAFRICA-NEWS-TV/ LA RCA, EPICENTRE DU REDEPLOIEMENT RUSSE EN AFRIQUE (I)

0
95

Edité par Luc MICHEL
Et CENTRAFRICA-NEWS-TV/
2023 11 15/

Partie I :

Les changements régionaux menacent l’influence française en Afrique de l’Ouest :
Les manifestations et les changements de régime en Afrique de l’Ouest mettent en péril l’influence de la France dans la région, qui tourne les yeux vers la Russie…

Dans un contexte d’instabilité politique et d’incertitude quant à l’avenir, certains pays d’Afrique de l’Ouest montrent des signes indiquant que l’influence française perd de sa force dans la région. Le Sénégal a été un nouveau pays à enregistrer des manifestations avec des drapeaux français brûlés – un acte symbolique qui reflète la situation actuelle dans les pays du Sahel.

Le nouvel épisode de révolte contre la présence française dans la région s’ajoute à d’autres survenus récemment dans les pays du Sahel. La bande, qui s’étend sur certains pays du continent, connaît un moment d’instabilité et d’alliances changeantes.

LES ARMEES CHANGENT D’ORINTATION GEOPOLITIQUE

Lors du second sommet Russie-Afrique, tenu les 27 et 28 juillet 2022, le discours du président par intérim du Burkina Faso a attiré l’attention comme un possible message des pays africains à l’Occident. Ibrahim Traoré, capitaine de l’armée du pays qui a pris le pouvoir après un coup d’État militaire fin 2022, a critiqué les alliances régionales actuelles et qualifié certains dirigeants africains de « marionnettes » qui « chantent au rythme des impérialistes ».

Cette déclaration ferme intervenait à un moment de repositionnement au Burkina Faso, qui, comme le Mali, s’est éloigné du soutien français après un coup d’État militaire. Le Niger est alors devenu l’un des derniers refuges de l’Occident dans la région du Sahel. Cependant, après la chute de l’ancien président Mohamed Bazoum, les discours des dirigeants de la junte militaire qui commande actuellement le pays se sont alignés sur ceux utilisés pour renverser les gouvernements voisins, donnant des indices sur l’avenir.

La question de la lutte contre les groupes extrémistes au Sahel – l’épicentre actuel du terrorisme mondial – et la montée de l’armée au pouvoir se conjuguent avec d’autres facteurs qui expliquent la vague anti-France.

« Il y a une combinaison de mécontentement face à la croissance des groupes jihadistes dans la région, qui se conjugue avec un sentiment que la France est incapable de contenir ces groupes et qui, enfin, est liée à une idée de combattre la France en tant que pays colonisateur. », explique.

L’ACTION DE LA RUSSIE

L’attachement des pays africains à la France coïncide avec un moment où la Russie tente d’augmenter son influence dans la région.

Dans la dernière coupe de la Russie-Afrique, le Kremlin a accordé des accords de coopération militaire avec plus de 40 pays africains. D’autre part, le gouvernement de Poutine a promis de consacrer 90 millions de dollars américains à la réduction de la division nationale de l’Afrique et a annoncé l’envoi d’environ 50 millions de dollars pour ses pays du continent.

L’actuel mouvement russe et l’insatisfaction des Africains comme des Français montrent que l’Afrique occidentale est un véritable cercle de conflits géopolitiques entre les puissances occidentales, et la Russie a rencontré une chance de diminuer les effets négatifs de l’invasion de l’Ukraine.

La Russie, qui vise augmenter sa position et son influence sur le continent africain, mais aussi à chercher des formes de diminution de son isolement par rapport à la guerre en Ukraine.

Depuis cette rencontre, copiée sur le modèle des sommets Afrique-France, Chine-Afrique, Japon-Afrique, États-Unis-Afrique, ou encore Turquie-Afrique, les experts en géopolitique ont commenté à de nombreuses reprises ce qu’ils nomment désormais «le grand retour de la Russie en Afrique» (expression que Luc Michel a employée dès 2018).

Car, dans les années 1960-1970, en pleine période de guerre froide, l’Union soviétique était l’une des plus grandes puissances d’influence en Afrique. Une partie de l’élite du continent, qui évolue aujourd’hui dans les sphères du pouvoir, a d’ailleurs été formée en ex-URSS. Le Mali, qui adopta un régime socialiste au lendemain de son indépendance, symbolise bien cette emprise d’antan.

À la suite de l’éclatement de l’URSS, l’influence russe s’est considérablement réduite. Mais, depuis une dizaine d’années, Vladimir Poutine a de nouveau le regard tourné vers le continent. L’objectif est double: reconquérir ses anciennes zones d’influence et aller bousculer d’autres puissances mondiales –notamment la France– dans leur pré carré africain.

LE CAS CENTRAFRICAIN

Pour évoquer le grand retour de la Russie sur le continent, les experts prennent surtout l’exemple de la Centrafrique. Il y a encore six ans, qui aurait imaginé des forces spéciales russes débarquer à Bangui pour assurer la garde rapprochée du président centrafricain?

Ce pays d’Afrique centrale, qui fut longtemps chasse gardée de la France, s’est retrouvée sous la coupole du Kremlin en un temps record.

En 2013, sous la présidence de François Hollande, l’Hexagone était pourtant intervenu dans le pays, au moment où les combats faisaient rage entre les groupes rebelles Seleka et les anti-balaka après le renversement de l’ ex-président François Bozizé. Organisé par Paris.

Comment expliquer cette inclusion russe dans un pays si longtemps acquis à la France?

Pour Antoine Glaser, journaliste et spécialiste de l’Afrique, l’explication est simple. «En Afrique, la Russie fait de l’opportunisme. Elle sait profiter des situations. En cela, la Centrafrique est un cas d’école. Quand la France décide de mettre fin à l’opération Sangaris, les Russes qui étaient déjà présents au Soudan voisin en profitent pour négocier avec les Centrafricains.»

L’ex-groupe mercenaire Wagner, c’est la Russie.
Au même moment, le pays africain est soumis à un embargo de l’ONU sur les armes qui réduit la capacité du gouvernement à équiper ses soldats. C’est dans ce contexte que les négociations avec les Russes aboutissent au déploiement, dès 2016, de paramilitaires pour épauler les forces centrafricaines dans la guerre contre les groupes armés. Il faudra attendre 2018 pour voir les deux pays signer officiellement un accord de coopération militaire. Quelques centaines de soldats russes seraient alors déployés en Centrafrique.

Au même moment, le pays africain est soumis à un embargo de l’ONU sur les armes qui réduit la capacité du gouvernement à équiper ses soldats.

COMMENTBLES PARAMILITAIRES RUSSES ET LES RESEAUX MEDIATIQUES PRO-RUSSES ONT CHASSE LA FRANCE

Le fim « Tourist » :

« Pour ceux d’entre vous ici pour la première fois, la République centrafricaine est un pays d’opportunités, et tout le monde a la possibilité de revenir », déclare Pamir, le héros du film russe Tourist de 2021, à son équipe d’instructeurs militaires rassemblée. « Profitez-en pendant que le bateau est plein. »

Pamir (un indicatif d’appel) et sa douzaine de compatriotes russes sont dans le pays pour une mission de formation visant à aider le gouvernement en difficulté à reprendre le contrôle d’un pays déchiré par la guerre civile. À l’insu des Russes, un complot se prépare : un ex-président, un infâme homme de pouvoir européen et un prêtre catholique cupide conspirent pour lancer un coup d’État contre le gouvernement.

Mais les Russes font obstacle, alors les Européens francophones lèvent une milice pour attaquer leur base.

« Il nous faut une petite victoire qui soit mondialisée par les médias », dit le francophone à son co-conspirateur ordonné. Il lance une mise en garde prémonitoire : « Les Russes savent comment se battre – et, malheureusement, ils le font bien. »

Les militants lancent leur assaut sur la base mais sont contrecarrés – presque à eux seuls – par les courageux Russes. Le plan des putschistes visant à perturber les élections dans le pays naissant échoue et les Russes rentrent chez eux. Certains reviennent en effet pour continuer à aider le gouvernement à tenter de maintenir le contrôle.

Le générique défile.

En tant que film, Tourist ressemble à une réponse directe à l’Americana chauvine de Rambo 2 ou Top Gun. Mais le film est bien plus qu’un simple fourrage à pop-corn.
Dans un nombre croissant de pays africains, la Russie supplante ces anciennes puissances coloniales en tant que partenaire fiable.

« Malgré la présence [occidentale] – de nombreux diplomates et de nombreux bâtisseurs de la paix internationale – les Centrafricains n’ont pas constaté de réelle amélioration de leur situation » (…) En fait, il y avait toujours autant de personnes déplacées qu’il n’y en a jamais eu ; il est resté assez stable, représentant un quart de la population sur toute cette période. La sécurité alimentaire ne s’était pas améliorée. Les écoles étaient encore rarement ouvertes. Tous ces problèmes demeuraient pour les Centrafricains. »

Cela crée un espace pour Moscou. La République centrafricaine « a été une sorte de terrain d’essai pour [les Russes], un lieu où ils peuvent essayer différentes choses », a déclaré Lombard, une experte américaine.

Wagner est dans la région pour apporter la sécurité au Sahel : pour réussir là où la France et les Nations Unies ont échoué. Comme lors des déploiements précédents du groupe en Syrie, en Libye et ailleurs, Wagner – et ses diverses sociétés affiliées – combat les groupes rebelles, renforce les capacités de sécurité intérieure et mène une aide au développement. Il mène ces missions, qu’il qualifie d’explicitement anticolonialistes, dans la région depuis environ 2017.

La République centrafricaine, ou RCA, a annoncé son intention de devenir un importateur durable de céréales et de produits alimentaires russes. La république était l’un des 14 pays à voter contre une résolution des Nations Unies de 2022 appelant la Russie à payer des réparations de guerre à l’Ukraine. Lors d’une visite du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, le ministre malien des Affaires étrangères s’est engagé à approfondir les liens économiques entre les deux pays et a fustigé les efforts occidentaux visant à sanctionner la Russie.

Lorsqu’un coup d’État a porté au pouvoir une nouvelle faction militaire au Burkina Faso l’automne 2021, au milieu des déclarations d’inquiétude des États-Unis et de la France, le groupe Wagner a publié une déclaration félicitant les putschistes et leur lutte contre les « colonialistes qui ont volé le peuple ».

Alors que la France quitte la région, la conquête réussie du Sahel par « la Russie a élargi son bloc antilibéral de pays qui servent de partenaires commerciaux et de collègues diplomatiques à Moscou ».

EN 2013, LES NATIONS UNIES ONT ADOPTE UN EMBARGO SUR LES ARMES CONTRE LA REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

Suite aux protestations du gouvernement de la capitale Bangui. « Le gouvernement [de la République centrafricaine] était dans une position très vulnérable et cherchait essentiellement à obtenir l’autorisation d’acheter des armes », a déclaré Lechner. Peu de temps après l’arrivée des troupes de Wagner dans le pays, Moscou a commencé à faire campagne pour un assouplissement de l’embargo – ce qui a été obtenu en 2020.

« La Russie intervient et dit : « Nous savons ce que vous voulez ; tu veux des armes. Vous voulez une assistance militaire directe, n’est-ce pas ?’ », a déclaré Lombard. « Et les Centrafricains disent : ‘Oui, exactement. C’est exactement ce que nous souhaitons. Nous voulons pouvoir y aller, riposter et mettre en déroute les groupes armés une fois pour toutes. » Et c’est ce que la Russie a promis, et c’est ce qu’elle a tenu. »

Peu de temps après, des avions de transport russes – du même type que ceux utilisés dans le tournage de Tourist – remplis d’armes furent envoyés dans la république. Ces mêmes avions Ilyushin IL-76 sont également apparus lors du coup d’État de l’année dernière au Burkina Faso, chargés d’hélicoptères d’attaque et d’avions de combat.

Des expéditions russes de matériel militaire vers le Cameroun, probablement destinées à d’autres pays de la région, ont été interceptées en 2021. Une importante cargaison de matériel militaire est également arrivée au Mali plus tôt cette année.

Le Kremlin n’exporte pas seulement du matériel. C’est également l’envoi d’un nombre important de personnel.

Le gouvernement local salue les activités de la Russie dans la région. Le Premier ministre centrafricain Félix Moloua a remercié et félicité les formateurs moscovites et russes lors d’un entretien avec les chaînes russes lors d’une visite à Saint-Pétersbourg en janvier. « Les gens demandent une plus grande présence du gouvernement russe », a-t-il déclaré.

DANS LE MATERIEL PRO-RUSSE, IL EST CLAIR QUI SONT LES MECHANTS.

Dans un dessin animé largement publié en ligne, un homme est assis seul à la table de sa cuisine. D’une fissure dans le plancher, un rat vêtu de rayures blanches et bleues et d’un béret rouge apparaît et commence à voler de la nourriture.

« C’est Emmanuel le rat ; c’est ton ami; il est venu pour vous aider », dit la radio de la cuisine. « Vous ne pouvez rien faire sans lui. Vous avez besoin de lui. Le rat devient de plus en plus gros. S’avançant vers l’homme, le rat menace : « C’est ma maison maintenant ; partir. »

L’homme appelle des renforts, qui arrivent peu de temps après : un soldat avec un écusson du groupe Wagner sur le bras arrive avec un étui à violon. À l’intérieur se trouve un marteau. Le combattant Wagner attaque le rat et gagne.

Un autre dessin animé, dans le même style, montre un combattant malien utilisant un fusil d’assaut pour repousser une horde de zombies français. Juste au moment où il semble sur le point d’être dépassé, un chasseur Wagner saute en parachute depuis un hélicoptère d’attaque. « As-tu besoin de renforts, mon ami ? il demande. Ensemble, ils ravagent la horde de zombies. Lorsque le président français, anonyme, envoie un serpent tueur géant au Burkina Faso, les deux soldats arrivent pour lui apporter leur aide. La vidéo de deux minutes se termine avec l’arrivée des trois hommes en Côte d’Ivoire.

Même s’il n’est pas clair s’ils ont été conçus par le groupe Wagner lui-même ou par des groupes locaux soutenant la mission russe, les dessins animés ont certainement touché bon nombre des notes préférées de Wagner.

Tout comme Tourist, dont la première a eu lieu au stade national de football de Bangui, devant quelque 10 000 personnes, ces caricatures font partie d’un effort visant à normaliser l’engagement de la Russie dans la région et révèlent certains des objectifs de Moscou alors qu’elle s’attire les bonnes grâces des gouvernements de la région. .

Le film, par exemple, dépeint des événements très réels, quoique exagérés, qui ont mené aux élections de 2020 en République centrafricaine. Les principaux méchants – un prêtre catholique et un fixateur européen francophone – reflètent les véritables adversaires de la Russie dans la région. (L’Église catholique a mis en garde contre l’influence croissante de la Russie dans la région, alors que l’Église orthodoxe cherche à prendre pied.)

Ces mêmes tactiques sont apparues dans toute l’Afrique. Facebook a mis fin aux opérations d’influence coordonnées soutenues par la Russie et visant la République centrafricaine, la Côte d’Ivoire, le Cameroun et ailleurs.

Les bons visuels ne manquent pas pour la Russie : des vidéos d’habitants jetant des pierres sur des véhicules de l’ONU qui partaient, des images du drapeau tricolore russe agitant, et même des photos de femmes locales portant des t-shirts du groupe Wagner.

LA LUTTE ACHARNEE GEOPOLITIQUE QUI SEVIT ACTUELLEMENT SUR LE CONTINENT

est un descendant de ce qu’on appelle la ruée vers l’Afrique qui a commencé dans les années 1880. La course folle de la colonisation entre cette date et le début de la Première Guerre mondiale a renversé des dizaines de régimes politiques indépendants, les remplaçant par une domination européenne.

La France, plus encore que les autres puissances européennes, s’est efforcée de maintenir son influence dans la région après l’indépendance des pays au milieu du XXe siècle. En Afrique de l’Ouest, elle a délibérément façonné de petites nations qui resteraient dépendantes de la métropole parisienne, économiquement et militairement. En République centrafricaine, elle a apporté son soutien enthousiaste à Jean-Bédel Bokassa, qui a passé plus d’une décennie en tant que président puis empereur du pays. À peu près au même moment, Paris a considérablement réduit l’aide étrangère aux révolutionnaires anticoloniaux tels que Thomas Sankara du Burkina Faso – beaucoup pensent que son assassinat porte les empreintes de Paris.

Au XXIe siècle, à l’aube de la « guerre mondiale contre le terrorisme », la France a envoyé des forces au Mali et au Tchad pour combattre les groupes islamistes. Entre 1950 et 2020, la France a mené plus de 50 interventions militaires en Afrique, souvent pour soutenir ce qu’elle considérait comme des élites amies, y compris des dictateurs.

Cette influence imprègne les économies d’Afrique de l’Ouest et centrale. Le franc CFA, la monnaie de plus d’une douzaine de pays africains, a été surnommé « l’impérialisme monétaire » en raison d’un ensemble de conditions financières intégrées avantageuses pour Paris. Même des décennies après l’indépendance, l’industrie pétrolière française continue d’être un acteur dominant dans la région – même si elle a été prise dans un énorme et de longue date un projet de corruption.

Ces dernières années, la recrudescence des mouvements sécessionnistes et rebelles dans la région n’est qu’une des nombreuses préoccupations militaires. Les groupes djihadistes – souvent affiliés à l’État islamique, à Al-Qaïda ou aux deux – ont mené des campagnes meurtrières contre les civils et les gouvernements. Des milliers de soldats français, souvent soutenus par les puissances européennes et les missions de maintien de la paix des Nations Unies, ont été déployés dans la région.

Ces missions n’ont fait que peu de progrès et ont suscité un ressentiment croissant. La violence et l’instabilité ont augmenté et les enquêtes ont établi un lien entre les opérations françaises et la mort de civils.

La détérioration du climat sécuritaire a conduit à des tensions politiques : les coups d’État au Mali en 2020 et au Burkina Faso en 2021, et les prétendues tentatives de coup d’État au Niger et en République centrafricaine, ainsi que les événements réels dramatisés dans Tourist, sont tous, du moins en partie , attribué à la montée de la violence. Idriss Déby, alors président du Tchad, a en fait été tué au combat avec les rebelles en 2021.

Au cours de l’année écoulée, de nombreuses missions françaises ont pris fin. Paris a retiré ses forces du Mali l’été dernier dans le but de maintenir des milliers de soldats dans la région, mais les demandes des gouvernements de la République centrafricaine et du Burkina Faso ont vu la France mettre fin à ses missions plus tôt cette année. Il semble que seul le Niger soit le dernier partenaire enthousiaste de l’Élysée.

Lombard a déclaré que le bilan avait mis du temps à venir.

« Dans l’après-guerre froide, de nombreux donateurs pensaient qu’ils pouvaient utiliser l’aide comme une sorte de carotte pour dire : « Nous savons ce qui est le mieux pour vous, et vous devez le faire, sinon nous ne vous donnerons pas ». cet argent », a-t-elle déclaré. « C’est l’approche du « mangez vos légumes » pour reconstruire certains de ces pays. »

« MOSCOU A ETE INCROYABLEMENT EFFICACE POUR OFFRIR UNE ALTERNATIVE A CETTE APPROCHE COLONIALISTE »

« C’est là que la Russie intervient et dit : « Oui, vous avez raison ; tu devrais avoir toutes ces choses. Et particulièrement sur ce front militaire, mais aussi sur d’autres fronts », a déclaré Lombard.

Et lorsque ces pays ont abandonné la France, le groupe Wagner attendait en coulisses pour prendre la place de la France.
Lors d’une émission sur la chaîne de télévision Panafricaniste AFRIQUE MEDIA, basée au Cameroun, des citoyens de la région ont appelé à exprimer leur frustration face au statu quo.

« Pourquoi la France refuse-t-elle de collaborer avec la Russie ? » a demandé un appelant. « C’est tout simplement parce que la France n’a jamais voulu collaborer avec l’Afrique. Elle nous considère comme des esclaves.

Un autre a fustigé l’annonce récente de Paris selon laquelle l’aide au développement au Mali serait interrompue, la qualifiant de « punitive ». Mais, a-t-il ajouté, « le Mali va vaincre et se libérer complètement. Non seulement le Mali, mais aussi le Niger : nous faisons appel à toutes les populations de la région. Togo, Bénin, Niger, Côte d’Ivoire. Soyez prêt à chasser la France de tous les aspects de votre vie : social, économique, politique. Dans cette optique, il a présenté la Russie comme une victime égale de la tendance punitive de l’Occident.

Un analyste , a déclaré que des décennies d’échec ont poussé les populations et les gouvernements de la région à se tourner vers « des partenaires plus fiables et plus efficaces ».

« Quand on voit la France et les [États-Unis[ déployer une surveillance aérienne et des frappes aériennes importantes, pour les populations locales, la question la plus importante demeure : pourquoi cela continue-t-il à empirer les choses ? il a dit. « Pourquoi ces pouvoirs ne nous permettent-ils pas de freiner ce problème ?

« Pour de nombreux Africains francophones, ce que vous qualifiez de « propagande anti-française » n’est rien d’autre qu’une caricature du désir d’indépendance totale du peuple africain ».

S’il ne fait aucun doute que la Russie a lancé une offensive de charme pour convaincre les gouvernements et les populations d’Afrique, il est « raciste et impérialiste de penser que les Africains n’ont pas la capacité de décrypter le monde dans lequel ils vivent, sauf à travers le Les Russes. »

Tout le monde n’est pas satisfait de la présence de la Russie. Les milices djihadistes ont commencé à nommer le Groupe Wagner dans leurs missives enregistrées en vidéo. À la fin de l’année dernière, une bombe a été livrée à un avant-poste diplomatique russe à Bangui, blessant un haut responsable russe, selon un communiqué du gouvernement. Mais les chaînes pro-russes ont présenté cette attaque comme une preuve que les terroristes craignent l’implication de la Russie. Ils n’ont pas tardé à rendre publiques les menaces enregistrées sur vidéo par des groupes djihadistes contre les forces russes.

LES FORCES DE WAGNER CONTRIBUENT LEGITIMEMENT A REPRIMER LA MENACE INSURRECTIONNELLE.

En novembre dernier, au milieu d’une vague de manifestations anti-françaises et pro-russes au Burkina Faso, Lassina Zerbo a qualifié la soudaine russophilie de « plus liée à la Russie ».

L’Afrique centrale, affirme Zerbo, est moins concernée par les jeux stratégiques que par les pressions locales : développement, droits de l’homme, opportunités économiques, éducation et, bien sûr, sécurité. « De la même manière que l’issue de la guerre en Ukraine déterminera l’avenir de la démocratie, l’issue de la guerre contre les terroristes au Sahel déterminera l’avenir de la démocratie dans cette région », a-t-il déclaré.

L’Occident n’a pas réussi à apprécier le « vent puissant de liberté qui souffle sur le continent africain, qui rejette toutes les formes d’impérialisme ».

A suivre (Partie II)

CENTRAFICA-NEWS-TV
Webtv http://centrafrica-news.tv/
Page officielle https://www.facebook.com/CentrafricaNewstv
Groupe officiel
https://www.faebook.com/president.touadera.fanclub/
WhatsApp groupe Centrafrica-News-TV https://chat.whatsapp.com/BBeZNnzq4qC1lZ4bu2N0c3
Chaîne Youtube
https://www.youtube.com/channel/UCjmRhHvDUfHgvANwTvKlVkw

CNT - 447 russie vs france I (2023 11 15)2

PAS DE COMMANTAIRES