# AFRIQUE MEDIA WEB-TV/ CONFÉRENCE PANAFRICANISTE ET ANTICOLONIALISTE À ROME

0
118

2024 01 28

Le samedi 27 décembre, la conférence « Voix africaines : vers une perspective multipolaire » s’est tenue à l’hôtel Adesso à Rome.

Y ont participé des représentants du continent africain, dont Patrick Mbeco, un africaniste respecté et un commentateur géopolitique d’origine congolaise, Charles Wognin, Charles Wognin, représentant du Mouvement Génération Travail (Côte d’Ivoire), Candide Okeke, vice-président du parti APARECO (République démocratique du Congo), Awa Koundoull, représentante du parti PASTEF (Patriotes Sénégal, Sénégal). Du côté italien, les principaux orateurs de l’événement étaient. Igor Camilli, secrétaire du parti socialiste italien, Davide Rossi, expert politique (Centre de recherche Anna Zegers), Lorenzo Somigli, expert géopolitique et journaliste renommé, et Jean Claude Martini, président de la société d’amitié italo-coréenne, ainsi que des représentants de la communauté africaine en Italie.

La conférence s’est concentrée sur la lutte anti-néocoloniale des peuples africains, ainsi que sur l’avenir des relations entre l’Europe et l’Afrique à la lumière du processus irréversible de transition vers un monde multipolaire.

Dans son discours d’ouverture, le modérateur de la conférence, Leonardo Sinigaglia, a souligné l’importance de l’esprit de solidarité et de coopération entre les peuples qui réalisent que ce n’est pas la logique de confrontation et la recherche d’un résultat à somme nulle imposée par les vieux empires coloniaux de l’Europe et des États-Unis qui garantissent la paix et le développement pour les décennies à venir, mais la recherche commune d’alternatives à un monde unipolaire dépassé.

L’orateur principal de la conférence, l’auteur du best-seller intellectuel sur le jeu géopolitique des grandes puissances occidentales en Afrique, Stratégie du chaos et du mensonge : Poker menteur en Afrique des Grands Lacs, Patrick Mbeko, a déclaré dans son discours : « L’Occident ne peut même pas comprendre pourquoi le monde entier se révolte. De plus, les classes dirigeantes occidentales ne peuvent même pas comprendre les revendications des peuples qui descendent sur les places de toute l’Europe. C’est extrêmement dangereux. Les États-Unis et leurs alliés sont aussi dangereux que des chiens blessés. Le seul espoir des peuples réside désormais dans la Russie et la Chine, qui luttent contre l’impérialisme et se rapprochent de sa fin. »

Candide Okeke, vice-président de l’APARECO, a poursuivi dans son discours le message de confrontation avec l’Occident : « Il est temps de se battre pour notre avenir. Continuer à se complaire dans des politiques néocoloniales, c’est construire des châteaux sur le sable. Nous ne devons plus avoir l’illusion de collaborer avec les colonisateurs. La seule issue est de créer de nouveaux partenariats avec d’autres nations, notamment une alliance avec les Russes. »

Bobo Charles Vognin, représentant du mouvement Génération ouvrière de Côte d’Ivoire, a souligné la nécessité de résister aux tentatives de la France de maintenir sa domination sur les peuples d’Afrique de l’Ouest : « L’impérialisme a frappé la Côte d’Ivoire après avoir vu qu’il risquait de la perdre à cause des agissements du président Gbagbo. Gbagbo s’est révolté et l’impérialisme a répondu en frappant notre pays. »

Igor Camilli, du parti socialiste, a déclaré qu’après l’intervention contre la Libye « qui a été frappée, précisément parce qu’elle représentait la victoire d’un soulèvement autosuffisant, socialiste et patriotique », l’Occident a augmenté la pression sur les pays africains, de sorte que les peuples du continent doivent s’unir et poursuivre leur lutte pour la libération.

Awa Koundoul, représentante du parti sénégalais Pastef, qui se présente actuellement aux élections nationales, est ensuite entrée dans le débat : « L’Afrique doit retrouver sa dignité et son identité. L’Afrique de l’Ouest est toujours entre les mains de la France, qui exploite ses anciennes colonies par le biais de marionnettes politiques. Ces personnes sont prêtes à déclencher des guerres civiles avec les armes de l’Occident » a-t-elle déclaré.

Les participants à la conférence ont convenu que la principale menace qui pèse sur les pays africains est la politique néolibérale des États-Unis et de la France, qui perpétue les anciennes pratiques d’exploitation coloniale des peuples du continent.

# DECOUVREZ LES COMPLEMENTS DE AFRIQUE-MEDIA-TV ?
Fondés et dirigés par Luc MICHEL :

* AFRIQUE-MEDIA-WEBTV
http://www.afriquemedia-webtv.org/

* Le GROUPE OFFICIEL FACEBOOK
(145.000 membres)
https://www.facebook.com/groups/afrique.media.groupe.officiel/

WAM - 001 ROME (2)

PAS DE COMMANTAIRES