# LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/ UNE NOTE INQUIETANTE DU QUAI D’ORSAY: ‘L’EFFET PANGOLIN : LA TEMPETE QUI VIENT EN AFRIQUE?’ (LES GUERRES DU CORONAVIRUS)

0
74

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE/
Luc MICHEL pour EODE/
Quotidien géopolitique – Geopolitical Daily/
2020 04 07/

« La crise de trop pour l’Afrique ? Une note inquiétante du Quai d’Orsay (…) Une note diplomatique française détaille les craintes pour les États aux capacités limitées. Et une stratégie. Selon une note diplomatique des Affaires étrangères françaises, datée du 24 mars et parvenue à La Libre Belgique, la crise créée par la pandémie de coronavirus pourrait être « la crise de trop » pour des États aux capacités limitées, « en Afrique notamment ». Le Covid-19, prédit la note, va y « amplifier les facteurs de crise des sociétés et des États. Face au discrédit des élites politiques, il convient de trouver d’autres interlocuteurs africains pour affronter cette crise aux conséquences politiques »… »
– La libre Belgique (Bruxelles, 4 avril 2020).

Dans cette note diplomatique du Centre d’analyse, de prévision et de stratégie (CAPS), intitulée « L’effet pangolin : la tempête qui vient en Afrique ? », le ministère français des Affaires étrangères prédit un effet quasi apocalyptique de la Covid-19 sur les États africains. D’après le think tank du gouvernement, « vu d’Afrique, la Covid-19 se présente sous la forme d’un chronogramme politique qui va amplifier les facteurs de crise des sociétés et des États ».

PENDANT LA PANDEMIE LE QUAI D’ORSAY COMPLOTE CONTRE L’AFRIQUE

La crise du Covid-19 pourrait être en Afrique « la crise de trop, qui déstabilise durablement, voire qui mette à bas des régimes fragiles (Sahel) ou en bout de course (Afrique centrale) », estime le Quai d’Orsay. Le Quai d’Orsay « s’interroge » sur l’impact terrible que pourra avoir la crise du Covid-19 en Afrique. Le Centre d’analyse, de prévision et de stratégie évoque un possible effondrement des Etats en place et cherche d’ores et déjà « des interlocuteurs fiables et légitimes ». Traduction : pendant la pandémie la déstabilisation continue ! Et la Francafrique poussera ses pions !

Cette Note, qui a fuité, volontairement ou non, secoue les diplomaties africaines. Elle s’ajoute au même moment à un scandale – dénoncé par l’OMS – qui rappelle le racisme culturel structurel français (1). J’ai longuement traité cet important sujet. Qui prend place dans ma série d’analyses sur « les guerres du coronavirus » (2). Ou comment une France contestée en Afrique (3) entend utiliser la déstabilisation des Etats africains par la pandémie pour réassurer l’étreinte de la Françafrique via de « nouveaux interlocuteurs africains » .

Outre une analyse résumée pour le ZOOM AFRIQUE de PRESS TV (Iran) (4), j’ai particulièrement développé mon analyse pour AFRIQUE MEDIA :

* Voir sur LUC-MICHEL-TV/
APPELS SUR LE CONTINENT 2020 04 03 :
CORONAVIRUS. LES CRIMES DE L’OCCIDENT CONTINUENT CONTRE L’AFRIQUE
sur https://vimeo.com/403741339

* Et sur LUC-MICHEL-TV/
LE MERITE PANAFRICAIN 2020 04 04 :
PENDANT L’EPIDEMIE LE QUAI D’ORSAY COMPLOTE CONTRE L’AFRIQUE
sur https://vimeo.com/404074428

# QUE DIT LA NOTE DU CAPS :
QUAND LE QUAI D’ORSAY DIT REDOUTER LA CRISE «DE TROP »POUR L’AFRIQUE

Selon cette note du centre d’analyse du ministère des Affaires étrangères, les effets du Covid-19 risquent de balayer des régimes politiques affaiblis et de saper des économies déjà fragiles. Le titre du texte est éloquent : « L’effet pangolin : la tempête qui vient en Afrique? » (le pangolin étant soupçonné d’être le mammifère par où le coronavirtus a muté vers l’Homme) . Dans une note interne, le centre d’analyse du ministère français des Affaires étrangères s’interroge sur « la capacité des pays africains à résister à la pandémie liée au nouveau coronavirus ».

« Politiquement, la crise du Covid-19 risque de balayer des régimes fragiles au Sahel et en bout de course en Afrique centrale », met en garde le Centre d’analyse, de prévision et de stratégie (CAPS) du Quai d’Orsay dans cette note adressée, notamment, aux conseillers diplomatiques du président Emmanuel Macron et datée du 24 mars. « L’onde de choc à venir […] pourrait être le coup de trop porté aux appareils d’Etat », qui vont faire « massivement la preuve de (leur) incapacité à protéger les populations », prévoit-il. Les analystes ébauchent différents « scénarios déclencheurs d’une possible révolte » : un nombre « trop élevé » de décès, des comparaisons « défavorables » à certains Etats fragiles – au Sahel et en Afrique centrale – par rapport à d’autres plus solides comme le Rwanda et le Sénégal (comme par hasard des états-clients porteurs de valises du Bloc américano-occidental et proches de Paris) – ou encore la mort de personnalités qui « cristalliserait la contestation ».

LE CAMEROUN EVOQUE A MI-MOTS

« Le risque d’infection d’un dirigeant âgé et souffrant d’autres pathologies pourrait avoir de lourdes conséquences et obligerait à se positionner clairement et rapidement sur la fin d’un système et sur une transition », souligne également la note, sans citer de noms. Plusieurs chefs d’Etat de la région détiennent une longévité record au pouvoir, de Paul Biya, au Cameroun, âgé de 87 ans (clairement visé ici), à Denis Sassou Nguesso, 77 ans, au Congo-Brazzaville.

« RISQUES ECONOMIQUES »

La note balaye également « les risques économiques que ferait peser la crise sanitaire sur le continent ». En Afrique de l’Ouest, les mesures de confinement pourraient saper des « économies de survie », essentielles à l’équilibre social. En Afrique centrale, « le choc pourrait précipiter la crise finale de la rente pétrolière au Cameroun, au Gabon et au Congo-Brazzaville, là aussi au cœur des équilibres sociaux », poursuit-elle. On notera que deux Etat aux structures solides et au chefs d’Etat forts, le Tchad et la Guinée Equatoriale, sont laissés de côté.

L’IMMENSE HYPOCRISIE DE PARIS

Le ministère français s’est refusé à tout commentaire sur le fond. Ces notes « ne visent qu’à alimenter, de façon libre, la réflexion interne » (sic) et « ne représentent en aucune façon la position du Quai » (resic), a relevé la porte-parole de la diplomatie française, Agnès von der Mühll. Le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian (l’ex M ; Françafrique de François Hollande et le mentor géopolitique de Macron) soulignait pour sa part le 24 mars dans Le Figaro que la crise du coronavirus risquait d’« affecter des Etats, en Afrique en particulier, dont les capacités sanitaires risquent de se trouver dépassées très rapidement ».

Dans ce contexte, la note identifie quatre types d’acteurs qui doivent « d’ores et déjà constituer des interlocuteurs » afin d’anticiper les crises éventuelles : les autorités religieuses (on sait le rôle joué par le Vatican et les évêques dans la déstabilisation des Etats), les diasporas, les artistes populaires (acteurs-clés des « révolutions de couleur ») et les entrepreneurs et businessmen « néolibéraux ».

« Anticiper le discrédit des autorités politiques signifie accompagner en urgence l’émergence d’autres formes d’autorités africaines crédibles pour s’adresser aux peuples afin d’affronter les responsabilités de la crise politique qui va naître du choc provoqué par le Covid-19 en Afrique… et sans doute ailleurs », observe le CAPS. Traduction : voici venir le temps des oppositions compradores et des 5e collones occidentales …

NOTES ET RENVOIS :

(1) Une vidéo d’une interview hier sur LCI fait le tour des réseaux sociaux depuis ce 2 avril. En cause ? L’idée, évoquée par deux professeurs à l’antenne, de prendre la population africaine comme cobaye… Le sujet de l’émission, diffusée mercredi dernier sur LCI, porte sur les vaccins BCG. Habituellement utilisés contre la tuberculose, ils pourraient (c’est à confirmer) avoir un effet contre le coronavirus, selon une étude néerlandaise.
Alors que le chercheur évoque l’étude à grande échelle en cours pour le moment, son homologue Jean-Paul Mira le coupe pour poser sa question : « Si je peux être provocateur, est-ce que l’on ne devrait pas faire cette étude en Afrique, où il n’y a pas de masques, pas de traitement, pas de réanimation ? », dit-il, avant d’ajouter « un peu comme c’est fait d’ailleurs pour certaines études, dont le sida? Ou chez les prostituées, on essaye des choses parce qu’on sait qu’elles sont hautement exposées et elles se protègent pas. Qu’est-ce que vous en pensez? ». Ce à quoi son interlocuteur lui répond qu’il a raison et qu’une étude en Afrique avec le même type d’approche est d’ailleurs en projet. Son interlocuteur n’y voit aucun problème …
Ni aucun journaliste sur le plateau de LCI !

(2) Cfr. LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/
LES GUERRES DU CORONAVIRUS: PAS DE TREVES PENDANT LA PANDEMIE !
Sur https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel/posts/1881196852014724
Pendant la Pandémie, les guerres des puissances continuent …
Guerre médiatique de Washington contre Pékin, suivie de l’UE contre la Chine et la Russie ;
Guerre occulte pour désinformer et désarmer l’Afrique sur le Coronavirus ;
Guerre des sanctions des USA contre l’Iran ;
Guerre du pétrole entre USA (hydrocarbures de schiste), saoudiens et russes …
Pire, certaines d’entre elles, avec à nouveau Washington en tête, entendent user et abuser de la pandémie comme une fenêtre d’opportunité géopolitique !

(3) Cfr. LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/
LA FRANCE A-T-ELLE DEJA PERDU LA GUERRE DU SAHEL CONTRE LES DJIHADISTES ?
sur http://www.lucmichel.net/2020/04/04/luc-michels-geopolitical-daily-la-france-a-t-elle-deja-perdu-la-guerre-du-sahel-contre-les-djihadistes/

(4) Voir PRESS TV/ ZOOM AFRIQUE DU 9 04 2020:
LUC MICHEL. QUAND PARIS VISE L’AFRIQUE SOUS PRETEXTE DU CORONAVIRUS
sur https://vimeo.com/406279570

(Sources : Press TV – Afrique Média – CAPS – La Libre Belgique – AFP – EODE Think Tank)

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE

* Avec le Géopoliticien de l’Axe Eurasie-Afrique :
Géopolitique – Géoéconomie – Géoidéologie – Géohistoire –
Géopolitismes – Néoeurasisme – Néopanafricanisme
(Vu de Moscou et Malabo) :
PAGE SPECIALE Luc MICHEL’s Geopolitical Daily
https://www.facebook.com/LucMICHELgeopoliticalDaily/
________________

* Luc MICHEL (Люк МИШЕЛЬ) :
WEBSITE http://www.lucmichel.net/
PAGE OFFICIELLE III – GEOPOLITIQUE
https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel.3.Geopolitique/ 
TWITTER https://twitter.com/LucMichelPCN
LUC-MICHEL-TV https://vimeo.com/lucmicheltv
* EODE :
EODE-TV https://vimeo.com/eodetv
WEBSITE http://www.eode.org/ 
LINKEDIN https://www.linkedin.com/in/luc-michel-eode-600661163/

LM.GEOPOL - Note du quai d'orsay (2020 04 07) FR (2) LM.GEOPOL - Note du quai d'orsay (2020 04 07) FR (3) LM.GEOPOL - Note du quai d'orsay (2020 04 07) FR (4)

PAS DE COMMANTAIRES