# CENTRAFRICA-NEWS-TV/ GEOPOLITIQUE/ COMMENT LA RUSSIE A CHASSE LA FRANCE D’AFRIQUE (I) : LA NOUVELLE GUERRE FROIDE

0
201

Edité par Luc MICHEL
Et CENTRAFRICA-NEWS-TV/
2023 05 27/

Le Sahel est devenu le laboratoire d’un nouvel ordre mondial, le théâtre d’une guerre froide, selon certains analystes.

Lorsque le colonel Assimi Goïta a pris le pouvoir au Mali en 2021 par un coup d’État, ses partisans ont agité des drapeaux russes. Un an plus tard, le capitaine Ibrahim Traoré suit le même chemin au Burkina Faso. Qu’est-ce que ses partisans agitaient ? Des drapeaux russes.

Le drapeau blanc, bleue et rouge est très présent en Centrafrique, et a été aperçu dans des manifestations au Tchad ou en Côte d’Ivoire.

LA RUSSIE EST DE RETOUR EN AFRIQUE ET A TROUVE UN TERRAIN FERTILE LA OU LA FRANCE, L’ANCIENNE PUISSANCE COLONIALE, VACILLE.

Le groupe Wagner, dirigé par Evgeniy Prigozhin et connu principalement pour sa présence dans la guerre d’Ukraine aux côtés des troupes russes, est entré en force au Mali et en République centrafricaine. Il est présent au Burkina Faso et est connu pour avoir conduit à mener une sorte d’activité dans des pays comme le Mozambique ou Madagascar.

Il ne se limite cependant pas à l’Afrique francophone. De la Libye au nord à l’Afrique du Sud au sud, les activités de Wagner se sont multipliées ces dernières années, se nourrissant de l’instabilité politique, selon des experts de la région.

« La Russie arrive avec un package tout-en-un : elle propose des services de sécurité, des conseils politiques, des campagnes médiatiques et de désinformation et des ventes d’armes », explique Paul Stronski, chercheur principal au Carnegie Endowment for International Peace, à BBC Mundo.

Ses ambitions ne s’arrêtent cependant pas là.

« Les services de renseignement américains estiment que Moscou cherche à créer une « confédération d’États anti-occidentaux en Afrique », et qu’elle a profité des failles de sécurité de ces pays, comme l’a révélé le « Washington Post », qui ont eu accès à des documents classifiés divulgués en ligne. »

Récemment, Sergueï Lavrov, chef de la diplomatie russe, a assuré après une tournée dans plusieurs pays africains que, « malgré l’orgie anti-russe orchestrée par Washington, Londres et Bruxelles, nous renforçons les relations de bon voisinage, au sens le plus large de ce concept, avec la majorité internationale ».

LES PARAMILITAIRES DE WAGNER ONT AIDE LE MALI A LUTTER CONTRE LES DJIHADISTES.

« Le Sahel est devenu le laboratoire d’un nouvel ordre mondial, le théâtre d’une guerre froide « , a déclaré Beatriz Mesa, professeur de sciences politiques à l’Université internationale de Rabat et spécialiste de cette région semi-désertique qui s’étend de l’océan Atlantique à la Corne de l’Afrique.

Cette région est l’une des plus instables d’Afrique, dévastée par différents groupes armés djihadistes, sécessionnistes et criminels , et engluée dans une spirale de coups d’État, de corruption et de mauvaise gouvernance.

HERITAGE COLONIAL

Les institutions et les frontières dont ils ont hérité lors de leur indépendance dans les années 1960 se sont avérées difficiles à gouverner, donnant naissance à de nombreux groupes d’insurgés et à un mécontentement populaire croissant.

La France, qui a depuis voulu maintenir ses liens et son influence dans ce qu’ils appellent la  » francophonie « , les anciennes colonies francophones, s’était traditionnellement limitée aux questions de coopération économique et d’agences de développement humain, tout en maintenant une présence commerciale importante.

Mais tout a changé fin 2012.

Cette année-là, des groupes islamistes ont pris le contrôle du nord du Mali. Un scénato « à la lybienne ».

L’intervention française est un échec.

Pour combattre les groupes djihadistes, « la France s’est alliée à une partie des groupes armés, les touaregs et les sécessionnistes arabes », explique Mesa, auteur de « Les groupes armés du Sahel : conflit et économie criminelle dans le nord du Mali ».

Du coup, « un Etat de facto s’est créé au nord du Mali et on va vers un nouvel Etat au centre du pays. Ce sont des Etats parallèles à Bamako , avec qui le Mali a perdu le contrôle d’une très bonne partie de son territoire avec le soutien et l’assentiment de la France. Et pas seulement : les groupes armés se sont multipliés et fragmentés, ils sont actuellement plus de 20 », explique le chercheur.

QUE VEUT LA RUSSIE EN AFRIQUE ?

Cet échec militaire, la dureté des combats et l’effondrement de services essentiels tels que l’éducation et la santé ont provoqué le mécontentement de la population qui, ajouté au ressentiment local pour le passé colonial brutal de la France et aux désaccords avec les gouvernements militaires successifs. Paris a alors déplacé ses forces de sécurité au Niger, où elles ont certes le soutien du président Mohamed Bazoum, mais pas celui de la population nigérienne, qui craint une dérive comme celle du Mali.

Dans ce mécontentement, la Russie a mis ses paramilitaires au service.

« La Russie a trouvé un moyen de déplacer les acteurs classiques en Afrique par le biais de la sécurité « , ajoute Mesa.

La France a également dû retirer ses troupes du Burkina Faso, où le sentiment pro-russe a imprégné la population.

Bamako a changé de partenaire et espère que Moscou pourra lui offrir la stabilité que la France n’a pas pu donner.

Les troupes du groupe Wagner opèrent au Mali depuis plus d’un an et, bien que les autorités du pays ne l’aient pas officiellement confirmé, le ministre malien des Affaires étrangères, Abdulaye Diop, a précisé qu’elles n’avaient pas besoin de se justifier :  » La Russie est là à la demande du Mali et répond efficacement à nos besoins stratégiques », avait-il déclaré l’an dernier.

Ce scénario s’est répété au Burkina Faso, où la France comptait 400 membres de ses forces spéciales qui aidaient l’armée burkinabé à lutter contre l’insurrection islamiste.

Mais, après plusieurs années de combats, le sentiment anti-français est si profond parmi la population que les autorités ont demandé à Paris de retirer ses troupes plus tôt cette année.

Les soldats de Wagner pourraient également se déployer au Tchad , selon diverses sources africaines, européennes et américaines. Le Tchad occupe une position stratégique au centre du Sahel, avec des frontières relativement ouvertes avec la République centrafricaine, la Libye et le Soudan, où ses paramilitaires sont actifs.

Contrairement aux Français, ils peuvent se présenter comme quelqu’un qui apporte la stabilité, qui est là.
Des paramilitaires russes sont présents en République centrafricaine depuis 2017.

AU-DELA DE L’AFRIQUE FRANCOPHONE

En Libye , les paramilitaires de Wagner ont fait leur première apparition en 2019, où ils ont soutenu le général Khalifa Haftar dans son assaut contre le gouvernement soutenu par l’ONU à Tripoli.

Au Soudan , actuellement en proie à de violents combats entre les forces de deux généraux rivaux, le président de l’époque, Omar el-Béchir, a signé une série d’accords avec la Russie en 2017. Parmi elles, la construction d’une base navale à Port-Soudan , en mer Rouge. Depuis lors, bien que le Soudan n’ait pas reconnu la présence des paramilitaires dans le pays, diverses images publiées sur les chaînes Telegram liées au groupe – qui n’ont pu être vérifiées par la BBC – ont montré des troupes de Wagner entraînant des soldats soudanais ou aidant les forces de sécurité à briser jusqu’à des manifestations.

Selon des médias locaux tels que « The Sudan Tribune », Wagner compte environ 500 hommes dans le pays, principalement stationnés dans le sud-ouest, près de la frontière avec la République centrafricaine.

Diverses images partagées par des soldats de Wagner montrent les opérations du groupe dans le pays, où ils ont dispensé une formation aux soldats soudanais

Des analystes estiment cependant que Wagner n’a pas choisi son camp dans le conflit soudanais.

Selon des éléments de renseignement américains auxquels le « Washington Post » a eu accès, le groupe Wagner négocie également avec le gouvernement érythréen pour fournir une formation et des équipements, et avec le gouvernement zimbabwéen pour offrir son soutien dans les opérations d’information.

Pour de nombreux pays africains, l’Occident a été un partenaire peu fiable, exigeant souvent des avancées en matière de démocratie ou de droits de l’homme en échange de son soutien. « Les Russes, en revanche, se présentent lorsqu’ils sont appelés sans demander ce type de compensation », explique l’expert de la Russie.

Mais l’intérêt de Moscou peut aller plus loin.

« Ils veulent être perçus comme une puissance. Ils veulent avoir cette présence militaire en République centrafricaine, ils veulent être au Soudan pour savoir ce qui se passe dans la Corne de l’Afrique et dans le golfe Persique. Et ils veulent que présence en Afrique du Nord pour avoir les yeux sur l’Europe et sur l’OTAN », résume Stronski.

_____________

# CENTRAFICA-NEWS-TV
Webtv http://centrafrica-news.tv/
Page officielle https://www.facebook.com/CentrafricaNewstv
Groupe officiel
https://www.faebook.com/president.touadera.fanclub/
WhatsApp groupe Centrafrica-News-TV https://chat.whatsapp.com/BBeZNnzq4qC1lZ4bu2N0c3
Chaîne Youtube
https://www.youtube.com/channel/UCjmRhHvDUfHgvANwTvKlVkw

CNT - 364 RUSSIE VS FRANCE I (2023 05 27) (2) CNT - 364 RUSSIE VS FRANCE I (2023 05 27) (3)

PAS DE COMMANTAIRES