# ECUATORIAL-GUINEA-TV/ RETOUR SUR LE CONTENTIEUX ENTRE LE PARLEMENT ÉQUATO-GUINÉEN, L’ESPAGNE ET LE PARLEMENT EUROPÉEN

0
211

Edité par Luc MICHEL
Avec EGTV/
2023 05 08

Le Parlement de la République équato-guinéenne tense le gouvernement espagnol et le Parlement européen dans une résolution condamnant et rejetant fermement la résolution du Parlement européen du 16 février 2023 contre le pays, en raison des visées conspirationnistes du gouvernement et autres institutions d’Espagne, lors de sa séance plénière du 2 mars 2023.

Cette résolution précède le communiqué rendu public au cours de ce mois d’avril par la République de Guinée Équatoriale qui dénonce une « campagne propagandiste de diffamation contre le pays » fomentée par l’Espagne et les puissances occidentales visant à provoquer la chute des institutions en place et à ternir l’image et la réputation du pays.

Déjà en 2017, le pays échappait de justesse à un coup d’Etat préparé et financé par l’Occident pour renverser le régime en place par la neutralisation du Président Teodoro Obiang Nguema Mbasogo et sa famille.

Au fil du temps, l’Espagne a en effet essayé à de maintes reprises de déstabiliser le pays par des stratagèmes tout aussi vicieux les uns que les autres.
On se souvient de la suspension unilatérale par le gouvernement espagnol de la coopération convenue avec la République de Guinée équatoriale en 1993, en raison du refus du président Obiang Nguema Mbasogo d’accepter l’imposition d’un gouvernement de coalition, avec l’inclusion de cinq ministères clés (Economie et Finances, Défense nationale, Sécurité, Intérieur, Éducation et santé) gérés par des citoyens espagnols
De la politique dite de la « carotte et du bâton » et du « harcèlement et démolition », décrétée par l’Espagne qui suspend délibérément l’exploitation du pétrole, sous le fâcheux prétexte de l’inexploitabilité du produit trouvé dans le seul et unique but d’étouffer les efforts du gouvernement avec l’intention délibérée de le faire flancher ;

Du sauvetage de Severo MOTO NSA, un fugitif de la justice équato-guinéenne basée en Espagne, accompagné de deux sujets espagnols, arrêté par le Gouvernement angolais le 16 mai 1997 à Cabinda. Ces derniers avaient fait débarquer un navire chargé d’armes et de mercenaires, dans le but de perpétrer un putsch dans le pays, avec la diligence de Don Ramón GIL CASARES SATRUSTEGUI, ancien conseiller des affaires africaines dans le gouvernement du président AZNAR, dans l’avion Falcon 900 de l’armée de l’air espagnole et plus tard transférés sur l’île de Tenerife où il les a laissés.

En effet, Severo MOTO NSA, promu par Don José María Aznar, le président espagnol de l’époque, était impliqué dans la tentative du putsch de 2004 impliquant un groupe de mercenaires espagnols, anglais, sud-africains et arméniens, arrêtés à Harare (République du Zimbabwe) en mars, dirigés par Simon MANN et Nick DUTOIT, sous le financement de l’Espagne et du libanais Elic KHALIL.

GIL CASARES s’est ensuite rendu à Madrid pour rendre des comptes. Parallèlement, le gouvernement espagnol a toujours refusé de poursuivre les personnes impliquées dans ce complot et de répondre à la demande de la Guinée équatoriale de les extrader vers le pays.
Sans oublier l’assaut du palais présidentiel de Malabo en 2007, par un groupe de mercenaires du delta du Niger promu par le Royaume d’Espagne.

A la suite des nombreuses investigations menées par les services secrets équato-guinéens et soudanais, il ressort que plusieurs éléments du putsch avorté du 24 décembre 2017, dont certains sont originaires du Tchad, du Soudan et de la Guinée Équatoriale, sont tous des citoyens espagnols. Ces terroristes qui se sont rendus au Soudan du Sud pour acquérir les armes de leur forfaiture sont en ce moment même à disposition de la justice équato-guinéenne pour répondre de leurs actes. Feliciano Efa, Julio Obama et plusieurs de leurs complices, dont certains sont des soldats actifs de l’armée espagnole, ont tous été interceptés alors qu’ils transportaient du matériel militaire tel que des radios de communication, des téléphones satellites, des uniformes militaires avec le drapeau de leur pays d’appartenance et d’autres matériels de guerre en direction de Malabo.
«Ces terroristes ont été arrêtés par les autorités soudanaises (sic) et extradés vers la Guinée équatoriale» en vertu d’un dans un tweet daté de février 2023 le vice-président de la République de Guinée Équatoriale Teodoro Obiang Mangue.

Les quatre étaient membres du Mouvement pour la Libération de la Troisième République de Guinée équatoriale (MLGE3R), un mouvement politique d’opposition en exil en Espagne. Fin 2019, ce mouvement illégal tant sur le plan politique que juridique accusait injustement le pouvoir d’avoir «torturé» Julio Obama Mefuman ainsi que trois autres opposants arrêtés avec lui.

Fidèles à leurs visées conspirationnistes destinées à provoquer la guerre civile dans ce pays jadis pacifique, le quotidien national officiel espagnol « El País » a rendu public il y a quelques mois des rapports d’enquêtes non avérés sur des supposées tortures infligées aux civils par les services de renseignements équato-guinéens. Des accusations sans fondements que le régime de Malabo n’a pas manqué de démonter par les faits.

Compte tenu de tous ces éléments aussi flagrants les uns que les autres, le parlement européen a exigé la libération des trois autres membres du MLGE3R et une enquête indépendante sur la mort d’Obama Mefuman. Une attitude condescendante que n’apprécie guère le gouvernement de Malabo.

Fort de tous ces éléments accablants, le Parlement de la République équato-guinéenne, réuni en session pleinière le 2 mars dernier, a adopté une résolution condamnant et rejetant fermement la résolution du Parlement européen du 16 février 2023 contre le pays, en raison des visées conspirationnistes du gouvernement et autres institutions d’Espagne.

Évoquant les actes et accords signés marquant de fait la souveraineté du pays incarnée par l’accession de la Guinée Équatoriale à l’indépendance le 12 octobre 1968, le Parlement équato-guinéen fait valoir le droit de la Guinée Équatoriale de se défendre contre l’ingérence répétée du Parlement européen et de l’Espagne dans les affaires internes du pays.

Rappelant que l’ingérence de l’Espagne dans la République de Guinée équatoriale favorise des actes de terrorisme contraires au droit international et menace ostensiblement le climat de paix dont jouissent tous les citoyens et habitants de la Guinée équatoriale aussi bien que ceux de l’Union européenne ;
Outré par le contenu particulièrement offensant de cette résolution qui, d’une part et sans examen préalable, reprend les thèses de l’Espagne à l’égard de la Guinée équatoriale, d’autre part, n’entre pas dans un examen objectif de la réalité du pays, adopte cependant des positions irrationnelles et unilatérales contre la politique intérieure de la République de Guinée équatoriale ;

Le Parlement de la République de Guinée Équatoriale tient à rappeler au Parlement européen qu’il ne détient aucune compétence pour se prononcer sur des questions relatives à des pays qui ne font pas partie de son espace géopolitique, tout en rappelant « qu’il n’existe pas d’accord entre eux qui lui permettrait de s’arroger le pouvoir qui lui est attribué de juger des institutions légitimes de la République de Guinée équatoriale ».
En effet, il considère que « Parlement européen devrait commencer par condamner les crimes contre l’humanité commis par ses États membres pendant la domination coloniale honteuse contre les peuples africains et leur politique actuelle d’armement des groupes terroristes et de poursuite de ces crimes pour satisfaire leurs ambitions de domination permanente sur les peuples africains ».

Toutefois, la Guinée Équatoriale qui est un membre à part entière de la communauté internationale depuis 1968 réaffirme ses principes et sa conviction absolue dans la défense des principes du droit international, tout en tendant la main à tous les pays amis pour qu’ils abordent et coopèrent dans toutes les questions qui affectent la coexistence pacifique des peuples.
C’est dans cet élan de coopération que le Parlement équato-guinéen invite le Parlement européen et la communauté internationale à maintenir l’engagement des Etats Membres des Nations Unies en matière de non-ingérence dans les affaires intérieures d’autres pays et à respecter les peuples et les institutions africaines, tout en évitant en tout temps les positions suprématistes occidentales et néocoloniales, qui n’ont pour seul objectif que de continuer à maintenir l’héritage colonial sur eux.

Cependant, confronté à certains milieux espagnols vicieux, obsédés par la néocolonisation et le paternalisme, le Parlement équato-guinéen exigeait dans la résolution susmentionnée que le Royaume d’Espagne renonce définitivement à ses visées conspirationnistes multiformes contre le pays.

La Guinée équatoriale jouit d’une paix et d’une stabilité qui ont facilité et favorisé la présence d’importants investissements étrangers grâce à la croissance économique exponentielle que le pays a connu au cours de ces 19 dernières années. Son statut sur le continent et même dans le monde a littéralement explosé. Avec la modernisation de ses infrastructures, l’amélioration des conditions de vie de sa population et le leadership futuriste de Son Excellence Obiang Nguema Mbasogo, Président de la République, Chef de l’Etat, la Guinée Équatoriale est passée de l’un des pays les plus pauvres d’Afrique à l’un des États les plus prospères et prometteurs du Continent, le tout, en demeurant très responsable et conscient de l’importance du moment devant l’histoire.

* WebTV
ECUATORIAL-GUINEA-WEBTV
(Editée par PANAFRICOM) :

Home


* ECUATORIAL GUINEA TV
VK.com/ecuatorialguineatv
* Page officielle
THE VOICE OF ECUATORIAL GUINEA
https://www.facebook.com/ecuatorial.guinea/
* PRESIDENT OBIANG NGUEMA MBASOGO
OFFICIAL PANAFRICAN FAN CLUB
https://www.facebook.com/groups/obiangnguemambasogo.fanclub/

PAS DE COMMANTAIRES